Morale et objectivité

Morale et objectivité

S’il n’y a pas de Dieu, l'on dit, c’est qu’il n’y a pas d’objectivité en éthique. Plus tard dans cet article, nous tenterons de déterminer ce à quoi une « éthique objective » pourrait déjà faire référence. Mais pour commencer, nous allons nous débarrasser de Dieu. Il y a environ 2 400 ans, le philosophe grec Platon soulevait un dilemme pour ceux qui croyaient que l’existence de Dieu était nécessaire si l’on voulait parler de morale.

« Le bon est-il aimé des dieux parce qu'il est bon, ou est-il bon parce qu'il est aimé des dieux ? »

Platon, Euthyphron

L'exigence

L'exigence

On reproche souvent à l’utilitarisme sa philosophie trop exigeante. En effet, il peut sembler qu’il faudrait, par exemple, faire don de tout son argent au plus démunis, ou dévouer chaque heure de sa journée à aider les autres. Or cette idée est fondée sur une mauvaise compréhension de ce qu’est la volonté humaine et la prise de décision. En montrant qu’il existe une limite à notre capacité de faire des sacrifices en faveur des autres, nous allons pouvoir nous procurer toutes les explications nécessaires et ainsi déclarer que l’utilitarisme n’est pas dans l’excès en ce qui concerne son exigence.

Des biais cognitifs et de l’irrationnel

Des biais cognitifs et de l’irrationnel

Notre cerveau nous permet d’exécuter nombre de tâches singulièrement associées à l’ingéniosité humaine. Cependant, le cerveau humain est également un menteur pathologique sabotant sans relâche nos entreprises. En dépit de sa fantastique complexité, notre cerveau tombe avec une régularité stupéfiante dans un certain nombre de pièges cognitifs. Or, plus c’est le cas, moins nous réussirons à accomplir ce que nous souhaitons vraiment. La plupart du temps, nous tombons dans ces pièges sans même nous en rendre compte.

Donation efficace: Pourquoi vous pouvez sauver bien plus d'animaux avec votre argent qu'avec votre assiette

Donation efficace: Pourquoi vous pouvez sauver bien plus d'animaux avec votre argent qu'avec votre assiette

1. La zone d’ombre de la consommation responsable

2. Bien donner est (beaucoup) plus important que bien consommer

3. Dons efficaces vs dons inefficaces

4. Budget mensuel et choix de carrière : “Earning to Give” (“gagner pour donner”)

5. Montrer l’exemple : vers une nouvelle culture du don